Les plantes sauvages comestibles à Chateauneuf

Voici quelques-unes des plantes sauvages comestibles que nous avons rencontrées dans le parc de Châteauneuf lors de notre atelier du 15 avril 2012, guidés par Véronique.

Les photos et commentaires sont ceux réalisés par les participants ! Pour plus de précisions, vous pouvez consulter le document réalisé par notre “professeur” du moment, ou encore son site internet

Par ordre d’apparition :

Le Lamier pourpre

Description : Famille des lamiacées (toutes comestibles). Tige carrée, feuilles opposées, feuilles décucées (“tournent du cul” : tournent d’un quart de tour à chaque noeud), fleurs bi-labiées (en forme de lèvres), 4 étamines.

Observations : familles des aromatiques, fleurs et feuilles se mangent.

L’Ortie : 

Observations : contient autant de protéines que dans un steak de boeuf : 100g d’orties procurent la ration de protéines pour la journée ! Il faut lisser la feuille pour casser les seringues.L’ortie est reminéralisante, désinfectante, anti-fongique…

Idées : un pesto, avec de l’ortie fraîche, finement hachée, des noix (environ de même quantité, hachées aussi), de l’huile d’olive, du sel…

La Doucette (mâche sauvage) :

Description: petites fleurs blanches, tiges qui se séparent en deux à chaque noeud. Feuille charnue et d’un vert soutenu. Au printemps, les feuilles sont plus claires et les fleurs sont blanches.

Observations : ne se cueille pas quand elle est fleurie. Aime les terrains retournés. A manger en hiver.

La Stellaire (mourron blanc des oiseaux) :

Description : feuilles décucées (quart de tour), ligne de poils sur la tige décucée entre chaque noeud,

Observations : Tout se mange, mais plutôt les feuilles en salade. Pousse toute l’année. Aime les “radiateurs” comme les murs, qui renvoient la chaleur.

Le pissenlit :

Description: tige creuse, avec du lait. (d’autres plantes, de la même famille, et comestibles également, lui ressemblent, mais n’ont pas les mêmes propriétés).

Observations : très forte teneur en calcium. Retirer le vert des fleurs.Les fleurs se mangent en particulier quand elles sont en bouton. On peut les blanchir en mettant un pot de fleur renversé dessus. On peut faire une boisson de pissenlit et du vinaigre.

Idées : pour agrémenter les salades, fermenter dans du vin, faire des confitures.

Vin de pissenlit : (recette proposée par un des participants) : dans 10l d’eau, faire infuser pendant 24h 1kg de pissenlit. Puis presser les fleurs. Ajouter 3kg de sucre de cane, et des raisins secs. Ajouter 4 oranges coupées en quarts, et 2 citrons. Remuer une fois par jour pendant 6 semaines. Puis filtrer et mettre en bouteille. Si la fermentation a été trop longue, le tout peut devenir un excellent vinaigre !

le groupe en balade près des pissenlits…

 Alliaire :

Description : famille des choux, bracicacées. Fleurs blanches avec quatre pétales en croix. Feuilles du bas qui n’ont pas la même forme (en forme de rein, “réniforme”) que celles du haut (pointues, en forme de coeur allongé, et dentées en haut).

Observations : goût d’ail. Les fleurs, les feuilles et les graines se mangent. Les feuilles et les fleurs se mangent en salade les graines servent de condiment.

Idées : Pesto : feuilles et fleurs hachées, huile, noix ou noisettes concassées et sel.

Plantain : 

Description : Feuilles vertes. Les nervures sont parallèles depuis la base et se sentent nettement à l’arrière de la feuille.

Observations : Excellent contre les piqûres d’insecte en prenant les feuilles et faisant sortir la sève et frictionner. Cuit, il prend le goût de champignon. Cueillir de préférence des petites feuilles.

Idées : en salade, en pesto (petites feuilles).  Feuilles plus grandes à cuire : (goût de bolet), en risotto, en omelette…

Rumex (oseille sauvage) :

Description : La feuille doit avoir des « oreilles rondes »près de la tige. Présente sur les sols durs.

Observations : Un fois blanchi (plongé dans l’eau bouillante, puis eau jetée), c’est très bon avec des œufs. Amer. A consommer en petites quantités.

Lierre terrestre :

Description : famille des lamiacées. Monte en avril (sinon rampe). Fleurs mauves. Petites feuilles brillantes à dents rondes. Vit en sous-bois

Observations : A consommer avec modération. Choisir de jeunes feuilles

IdéesConsommer mélangé avec une autre salade ou avec du fromage blanc.

Benoite urbaine :

Description : fleur jaune à 5 pétales, feuilles composées, petites en bas de tige, grandes en haut. Aime les zones humides.

Observations : C’est la racine qui se mange. Enlever la peau en frottant. A les mêmes effets que le clou de girofle, anesthésiant et désinfectant. Ne se fait pas sécher par contre, s’utilise frais.

Tilleul :

Observations : Les jeunes feuilles du tilleul se mangent en salade..

Vous trouverez ci-après le document réalisé par Véronique suite à son passage chez nous:

“Ce document a été distribué à la suite d’une découverte des Plantes Sauvages Comestibles & ne permet pas à lui seul de reconnaître les plantes qui y sont décrites. Les parfums très importants dans la démarche d’apprentissage proposée, ne peuvent être décrits. Il manque donc des critères importants de reconnaissance des plantes. Observez la plus grande prudence !”

document complet sur les plantes sauvages

Pour plus d’informations: http://www.gourmandises-sauvages.com/

Ce contenu a été publié dans Alimentation/Jardin, Santé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *